Le secret du chrétien

Comprendre la vie remplie de l’Esprit.

Est-ce que vivre une vie chrétienne te semble impossible ? Laisse-moi te dire un secret : c’est impossible par tes propres forces. Essayer de vivre la vie chrétienne par tes propres efforts, c’est comme diriger un navire sur un sol aride… ça ne marche pas vraiment. Pour que le navire puisse aller quelque part, il doit reposer sur l’eau. Et pour profiter de la vie chrétienne, nous devons apprendre à nous reposer sur Dieu. Paul savait cela : « Je peux tout, grâce à celui qui me fortifie. » (Philippiens 4 : 13)

Le secret du chrétien pour une vie qui a du sens, c’est que le Christ puisse vivre sa vie à travers lui : « Ce n'est plus moi qui vis, c'est le Christ qui vit en moi. Ma vie en tant qu'homme, je la vis maintenant dans la foi au Fils de Dieu qui, par amour pour moi, s'est livré à la mort à ma place. » (Galates 2 : 20)

C’est au cours de la dernière soirée du Christ avec ses disciples qu’il leur a dit qu’il les quittait, mais qu’ils ne resteraient pas seuls : « Pourtant, c'est la vérité que je vais vous dire: il vaut mieux pour vous que je m'en aille. En effet, si je ne m'en vais pas, le Défenseur ne viendra pas à vous. Mais si je m'en vais, alors je vous l'enverrai. » (Jean 16 : 7)

On t’a donné quelqu’un qui t’aidera à vivre la vie chrétienne courageusement : c’est le Saint-Esprit. Il n’est pas juste un guide au poste d’information sur le chemin céleste : Il est l’Esprit du Christ - venu vivre en toi.

Qui est le Saint-Esprit ?

Le Saint-Esprit est Dieu, tout comme le Fils et le Père. La confusion autour du lui vient du fait que les gens oublient de le voir comme une personne. Il a une personnalité. Il est une personne divine avec une volonté et des émotions.

Le Saint-Esprit possède tous les attributs du Fils et du Père. Il est omnipotent (il est tout-puissant), omniscient (il a toute la connaissance), immuable (il ne change pas) et éternel. Il est la troisième personne de la trinité.

Quel est le but du Saint-Esprit ?

Le Saint-Esprit joue un rôle principal dans la vie chrétienne. Regardons certains de ses rôles pour voir en quoi il est si important.

Le Saint-Esprit t’a convaincu de ton péché et de ton besoin du Christ (Jean 16 : 8-11). La Bible explique que sans l’aide du Saint-Esprit, les gens pensent que le christianisme est de la folie (1 Corinthiens 1 : 18). Les gens autour de toi pensent peut-être que c’est stupide d’avoir pris un engagement envers le Christ ! Toi, tu ne le vois pas ainsi car le Saint-Esprit t’a révélé les merveilles d’une vie en Christ.

Le Saint-Esprit t’a donné une nouvelle vie. Jésus a dit : « ce qui est né de la chair est chair ». C’est le Saint-Esprit qui permet une naissance spirituelle (Jean 3 : 6). Et c’est à travers l’Esprit que l’amour de Dieu a été déversé dans ton cœur (Romains 5 : 5). Le Saint Esprit donne également un témoin intérieur (une assurance) que tu es un chrétien (Romains 8 : 16).

Le Saint-Esprit est un professeur et un animateur. Il te dirige vers la vérité de la Parole de Dieu. Il illumine la Bible pour que tu puisses comprendre et appliquer ses vérités. (Jean 16 : 13-14). Il donne de la puissance et une efficacité spirituelle à ton témoignage (Actes 1 : 8). Il intercède pour toi devant le trône du Père quand tu ne sais pas quoi ou comment prier (Romains 8 : 26-27).

Le Saint-Esprit a été envoyé par le Christ pour te permettre de vivre la vie chrétienne ! Paul a écrit : « … l'Esprit de celui qui a ressuscité Jésus habite en vous. » (Romains 8 : 11) La vie chrétienne est possible seulement avec la puissance du Saint-Esprit.

Peut-être te dis-tu : j’ai besoin du Saint-Esprit dans ma vie ! Si tu es chrétien, il est déjà présent en toi : « vous dépendez de l'Esprit, puisque l'Esprit de Dieu habite en vous. » (Romains 8 : 9). Le Saint-Esprit demeure en toi, mais tu ne lui as peut-être pas soumis ta vie. Il est peut-être résident dans ta vie - sans en être le président.

Paul fait une distinction entre deux sortes de chrétiens : Le chrétien spirituel et le chrétien charnel.

1. Le chrétien spirituel : « L’homme spirituel juge de tout, et il n’est lui-même jugé par personne... » (1 Corinthiens 2 : 15).

Le chrétien spirituel a accepté le Christ et vit une vie centrée sur lui. Il n’est pas sans péchés et il doit faire face à des problèmes et à des tentations chaque jour, comme tous les autres. Mais il fait confiance au Christ pour chaque détail et problème qui arrivent. Son plus grand désir, c’est de faire plaisir au Christ, et il ne dépend pas de l’approbation des autres.

2. Le chrétien charnel : « Pour moi, frères, ce n'est pas comme à des hommes spirituels que j'ai pu vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à des enfants en Christ. Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter; et vous ne le pouvez pas même à présent, parce que vous êtes encore charnels. En effet, puisqu'il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n'êtes-vous pas charnels, et ne marchez-vous pas selon l'homme ? » (1 Corinthiens 3 : 1-3)

Charnel veut dire « de la chair ». Le chrétien charnel est bien chrétien (il a confié sa vie à Jésus), mais sa vie est centrée sur lui-même et sur ses besoins. Il montre peut-être qu’il est chrétien, mais le travail du Saint-Esprit est étouffé, soit par une désobéissance consciente, soit par une ignorance de son ministère.

Qu’est ce qui distingue le chrétien charnel du chrétien spirituel ? Ce n’est pas que le chrétien charnel n’ait pas reçu ce que le Christ ou le Saint-Esprit voulait lui donner – il possède les mêmes ressources spirituelles que le chrétien spirituel. Mais l’homme spirituel dépend de la puissance du Christ pour vivre sa vie chrétienne alors que l’homme charnel dépend de ses propres forces. Essayer de vivre la vie chrétienne par ses propres forces, c’est aussi vain et fatigant que d’essayer de faire le tour de la ville en poussant sa voiture.

Etre guidé par le Saint-Esprit

La Bible parle d’être « dirigé » par l’Esprit. Cela implique qu’on obéit à ce qu’il dit : il guide, nous suivons. C’est plutôt simple. Mais la plupart du temps, nous n’aimons pas que quelqu’un nous dise ce que nous devons faire – même pas Dieu ! Cependant « être rempli du Saint-Esprit » signifie autoriser l’Esprit de Dieu et la Parole de Dieu à nous dire quoi faire.

Nous avons le choix chaque jour : allons-nous laisser le Saint-Esprit nous guider ou allons-nous être contrôlé par autre chose ? Est-ce que la peur du futur ou notre désir d’avoir ce que nous voulons vont devenir plus importants que d’obéir au Christ ? Quand le Saint-Esprit nous remplit, il contrôle nos pensées et nos actions. Tu ne peux pas être rempli de haine, de peur ou d’inquiétude quand tu es rempli de l’Esprit. Il n’y a plus de place.

« C'est pourquoi ne soyez pas déraisonnables, mais comprenez ce que le Seigneur attend de vous. Ne vous enivrez pas de vin, cela vous conduirait à une vie de désordre, mais laissez-vous constamment remplir par l'Esprit » (Ephésiens 5 : 17-18). Contrairement à l’alcool, les changements que le Saint-Esprit apporte ne sont pas artificiels. Ils ne diminuent pas avec le temps. La Bible appelle ces changements durables, les fruits produits par une vie centrée sur le Christ : « Mais le fruit de l'Esprit c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, l'amabilité, la bonté, la fidélité, la douceur, la maîtrise de soi. La Loi ne condamne certes pas de telles choses. » (Galates 5 : 22-23)

Comment puis-je être rempli du Saint-Esprit ?

Le contrôle du Saint-Esprit est notre choix. C’est volontaire, mais ce n’est pas par osmose. Les gens ne deviennent pas saouls en tenant des bouteilles de bière non-ouvertes ou en travaillant dans un bar. C’est après avoir bu l’alcool que les choses deviennent soudainement floues. Toi, chrétien, tu peux être entouré de bibles ou de chrétiens sans être pour autant rempli du Saint-Esprit. Ou tu peux être seul, mais rempli par l’Esprit.

Tu peux exprimer ton désir de céder le contrôle de ta vie au Saint-Esprit par la prière. Voici une prière qui m’a beaucoup aidé :

« Père, j’ai besoin de toi. Je reconnais que j’ai dirigé ma propre vie et, pour résultat, j’ai péché contre toi. Je te remercie de ce que tu as pardonné mes péchés grâce à la mort de Jésus sur la croix pour moi. J’invite maintenant le Christ à reprendre sa place sur le trône de ma vie. Remplis-moi du Saint-Esprit comme tu m’as commandé de l’être, et comme tu l’as promis dans ta Parole si je demande avec foi. Je prie cela dans le nom de Jésus. Et pour exprimer ma foi, je te remercie de ce que tu diriges ma vie et de ce que tu me remplis de ton Saint Esprit. »1

Si tu as fait cette prière, en désirant le contrôle du Saint-Esprit, alors le Saint-Esprit est en train de te remplir dès à présent – même si tu ne le ressens pas. Rappelle-toi quand tu as donné ta vie à Jésus : tu as peut-être eu une expérience chargée d’émotions, ou tu as peut-être été comme moi – je n’ai rien ressenti de particulier quand j’ai accepté le Christ. Le Christ n’est pas venu en moi à cause d’un sentiment mais parce que la Parole de Dieu est vraie. C’est la même chose avec le fait d’être rempli du Saint-Esprit.

Certaines personnes assimilent « être rempli du Saint-Esprit » avec une expérience religieuse et mystique. Ce n’est pas mystique. C’est une décision de foi : une réponse à ce que Dieu dit dans sa Parole. Etre rempli du Saint-Esprit ne dépend pas des sentiments que tu ressens, mais de la Bible que tu crois.

Voici trois questions

Le ministère du Saint-Esprit est tellement vital à notre vie chrétienne ! Tu as peut-être plusieurs questions qui restent sans réponses.

1. Pourquoi n’y a-t-il pas plus de chrétiens remplis de l’Esprit ?

Ce fut précisément la question de Michel le jour où nous avons mangé ensemble. Pour quelles raisons n’y a-t-il pas plus de chrétiens remplis du Saint Esprit ?

La réponse tient en un mot : le péché. Nous choisissons de désobéir à Dieu. Cela peut prendre la forme de l’orgueil : vouloir faire les choses à notre manière. Ou bien nous ne voulons pas céder le contrôle de nos finances à Dieu : nous avons travaillé dur pour cet argent et il est à nous maintenant. Nous ne donnons pas le contrôle de nos relations à Dieu : pourquoi pardonner à cette personne quand en réalité tout est de sa faute ? Nous ne donnons pas à Dieu le contrôle de notre moralité : cela ne regarde personne –même pas Dieu ! Dans tout cela, c’est l’orgueil qui parle. L’Ecriture dit, « Il [Dieu] se moque des moqueurs, mais il accorde sa faveur aux humbles » (Proverbes 3 : 34).

Le péché peut prendre une autre forme : la peur. Les Proverbes indiquent : « C’est un piège que de trembler devant les hommes… » (Proverbes 29 : 25) Est-ce qu’il y a quelque chose que Dieu veut que tu fasses, mais tu n’as pas encore fait car tu as peur de ce que les gens vont penser ? Je sais que c’est facile pour moi de penser : je ne peux pas le faire. J’aurais l’air tellement bête si je le faisais. Ce n’est pas possible que Dieu me demande de faire cela. Mais bien souvent, c’est pourtant le cas !

La deuxième partie de ce verset dans les Proverbes nous rappelle : « mais se confier en l'Eternel procure la sécurité. » C’est facile de mettre l’approbation des autres au-dessus de celle de Dieu, mais notre but n’est-il pas de plaire à Dieu ? Nos vies seront différentes de celles des autres. Mais cela en vaut tellement le coup !

2. Puis-je être rempli du Saint-Esprit et toujours lutter contre le péché ?

Je pense que cela dépend de ce que tu veux dire pas « lutter contre le péché » ! Si tu cèdes constamment au péché, le Saint-Esprit ne peut pas contrôler ou remplir ta vie. Mais si tu te demandes : « Est-ce que je pécherai encore après avoir appris comment être rempli du Saint Esprit ? » la réponse est un oui catégorique.

Il se peut que tu pèches puis que tu confesses ton péché plusieurs fois par jour. Ce n’est pas une faiblesse spirituelle : c’est au contraire une preuve que tu vis et respires spirituellement ! Devenir conscient du péché et s’en préoccuper a été décrit comme une « respiration spirituelle ».

La respiration spirituelle implique « l’expiration » : admettre ton péché devant le Seigneur quand tu pèches. Tu reconnais que tu as péché et dépossédé le Seigneur de sa place comme chef de ta vie. En « expirant », tu enlèves ce qui est impur et tu demandes le pardon qui est le tien grâce à la mort du Christ sur la croix.

La respiration spirituelle, c’est aussi « l’inspiration » : demander à Dieu de te remplir à nouveau du Saint-Esprit, de reprendre la première place dans ta vie. Rappelle-toi qu’il ne te quitte pas quand tu pèches. Mais tu l’as ignoré quand il te guidait, et maintenant tu décides de le suivre à nouveau. Tu apprends à lui faire confiance, cela prend du temps. Ne te décourage pas quand tu pèches : apprends à te relever.

La plus jeune de nos trois enfants a appris à marcher cette année. Cela a pris longtemps. Elle ne s’est pas réveillée le jour de son premier anniversaire, pour sauter par-dessus les barreaux de son berceau et courir vers les cours d’aérobic pour bébés. Ses premiers pas furent timides et tremblants. Elle est tombée dans des flaques de boue, contre la table du salon et dans les paniers à linge. Mais elle n’a jamais abandonné. Finalement, ses pas sont devenus plus sûrs, plus confiants. Elle tombe encore parfois (ses parents aussi !) mais elle se relève.

Nous ne sommes jamais immunisés contre le péché : être sans péché est un état réservé au paradis. Mais alors que nous connaissons mieux Dieu, nous apprenons à voir la vie de son point de vue, et dans certains domaines, nous péchons moins. Nous apprenons aussi à lutter contre les tentations. Mais il y aura toujours des occasions où nous pécherons et nous devrons pratiquer la respiration spirituelle, que ce soit notre première année ou notre dix-septième année de vie chrétienne.

3. Pourquoi est-ce que ma vie n’a pas encore vraiment changé ?

Est-ce que ça t’est déjà venu à l’idée que ton niveau de croissance spirituelle est peut-être exactement là où Dieu le veut ? On a vu qu’il y a deux sortes de chrétiens, les charnels et les spirituels. Mais il y a une troisième catégorie de chrétiens : le jeune chrétien. Te rappelles-tu ce qu’a dit Paul aux Corinthiens ? « Frères, ce n'est pas comme à des hommes spirituels que j'ai pu vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à des enfants en Christ. »

Plusieurs années auparavant, Paul avait amené les Corinthiens au Seigneur. A ce moment là, il ne s’attendait pas à ce qu’ils soient instantanément mûrs, des croyants spirituels. Mais au lieu de croître normalement vers la maturité spirituelle, les croyants de Corinthe sont devenus charnels. Si tu es chrétien seulement depuis quelques mois, tu es encore « un bébé » chrétien – pas charnel, juste jeune.

Chaque septembre, alors que nous vivions dans le Middle-west des Etats-Unis, notre famille allait vers les vergers Stover dans le Michigan. Nous savions que des rangées de pommiers soigneusement étiquetés allaient nous accueillir. Nous remplissions alors nos paniers de pommes Gala, Golden et Granny. Au fond du verger, il y avait des rangées d’arbres qui n’étaient pas chargés de pommes. En réalité, ils ne portaient aucun fruit. Mais ils n’étaient pas morts : ils étaient juste jeunes. Certains n’avaient même pas atteint 1m50 de hauteur. Alors que les vieux arbres étaient mûrs et ployaient sous les pommes, ces jeunes arbres étaient occupés à grandir.

Si tu obéis au Christ aujourd’hui et as l’assurance que sa puissance peut te changer, alors tu es exactement où Dieu veut que tu sois. Ne te tourmente pas pour les « fruits » qui semblent te manquer. Je n’ai jamais vu un de ces jeunes arbres se comparer aux plus vieux. La croissance est un processus, et chaque étape en est vitale.

J’ai découvert que quand j’obéis au Christ et que je ne m’inquiète pas en me comparant aux autres chrétiens, alors j’aime vraiment être chrétien.

(1) Prière extraite du livret écrit par Bill Bright, “Have You Made the Wonderful Discovery of the Spirit-filled Life?” (As-tu fait la merveilleuse découverte d’une vie remplie de l’Esprit?) (San Bernardino, CA : Campus Crusade for Christ, 1966), p. 12.